Rechercher
  • Natacha Giger-Janski

L'ENIGMATIQUE INVENTION n°014 : la réponse


Une fois de plus, voici une invention qui se propose de lutter contre les effets du réchauffement climatique. Même si il est bien entendu souhaitable de freiner voir d'annuler le réchauffement climatique, avoir une réflexion sur comment limiter ses effets est également à encourager.


Ici, c'est une alternative au pavage de terrain en béton qui est proposée. Cette pratique cumule en effet bon nombre d'effets indésirables, notamment en formant une surface imperméable à l'eau. Une telle surface empêche le sol sous-jacent d'entrer en contact avec l'atmosphère, nuisant à la vie souterraine, et bloque la reconstitution des eaux souterraines par les précipitations. Bien entendu, une telle surface imperméable provoque des inondations lors d’événements pluvieux importants. De plus, ce type de sol artificiel engendre un effet d'îlot de chaleur que l'on souhaite éviter.


La figure 1 est une vue schématique montrant une couche géologique artificielle construite conformément à la présente invention qui propose un procédé de fabrication de pavage artificiel contribuant à l'amélioration du réchauffement climatique. Le procédé selon l'invention comprend, après nivellement de la surface du sol, la pose d'une couche de gradation écologique 10.

La couche de gradation écologique 10 peut être de la terre prélevée sur place et/ou un matériau de gradation couramment utilisé pour la construction de routes, y compris des agrégats, des sols, des graviers, un mélange de béton perméable à l'eau. Conformément à l'invention, la couche de gradation écologique 10 comprenant des corps creux 11. Chaque corps creux est composé de deux éléments de coque 111 dans lequel sont ménagées des ouvertures 112, Des souches microbiennes sélectionnées 114 sont déposées dans le corps creux qui sert de site de culture. Avec les corps creux de culture de micro-organismes mélangés dans la couche de gradation, les micro-organismes peuvent être efficacement. Une substance absorbant l'eau 115 et une substance contenant du carbone 113 remplissent le corps creux 11. La substance d'absorption d'eau 115 aide à absorber l'eau de manière à empêcher l'eau de s'écouler loin de la terre, ce qui assure un approvisionnement suffisant pour la survie et la propagation des micro-organismes et améliorant également la préservation de l'eau et augmentant la teneur en eau dans les zones sèches. La substance d'absorption d'eau 115 est par exemple une éponge ou un autre matériau absorbant l'eau qui ne sont pas décomposables par les micro-organismes. En cas de température élevée à la surface du sol, la teneur élevée en eau de la terre permet à l'eau d'être convertie en vapeur qui est ensuite libérée dans l'environnement pour un échange de chaleur avec l'environnement afin que l'effet d'îlot de chaleur puisse être éliminé ou atténué. La substance contenant du carbone 113 fonctionne pour absorber et activer une substance acidifiante ou une substance nocive entraînée par l'eau, de manière à l'améliorer la qualité de la terre.


Tous les composants constitutifs sont mélangés et déposés sur le fond, puis, après pressurisation pour le pilonnage, une couche d'interfaçage 20 est sélectivement et additionnellement posée sur celui-ci. La couche d'interfaçage 20 peut comprendre un morceau de non-tissé ou un filet, ou une couche de sable. Au-dessus de la couche d'interfaçage 20, une couche de drain 30 est fixée. La couche drainante est composée de graviers (ou pierres concassées) ou de sable ou d'une combinaison des deux. Enfin, une couche de pavage perméable à l'eau 40 est placée sur la couche de drainage 30. Avec un tel agencement, l'eau de pluie qui tombe à la surface du sol peut être autorisée à s'infiltrer dans toutes les couches du sol artificiellement placées au-dessus pour pénétrer dans une strate d'eau souterraine 60 sous une strate de sol souterraine 50, moyennant quoi l'eau de pluie peut être conduite vers la strate d'eau souterraine 60 profondément sous la terre pour servir de ressources souterraines supplémentaires et également, les couches de gradation peuvent être modifiées pour servir de couche de gradation écologique 10, qui, lorsqu'elle est utilisée en combinaison avec la couche de pavage perméable à l'eau 40, fournit des fonctions polyvalentes et forme également une excellente survie environnement pour les micro-organismes du sol et les protozoaires de la terre. La couche d'interfaçage 20 et la couche de drain 30 peuvent être utilisées individuellement ou en combinaison. En variante, la couche de pavage perméable à l'eau 40 est directement placée au-dessus de la couche de gradation écologique 10, et la couche d'interface 20 et la couche de drainage 30 sont ajoutées sélectivement en fonction du drainage réel de l'eau du chantier de construction pour obtenir des effets similaires de drainage de l'eau et de protection contre réchauffement climatique.



La couche de pavage perméable à l'eau 40 (telle que représentée sur la figure 1) comprend une charpente composée d'une pluralité de gouttières 41 pour l'évacuation de l'eau, une bride de raccordement supérieure 42, une flamme de raccordement inférieure 43, un couvercle d'étanchéité versoir 44, condensation tuyaux 45 ayant une fonction de stockage d'air, et un réservoir d'eau 46. Le tuyau de condensation 45 assure une fonction de stockage et de conservation de l'air, moyennant quoi en cas d'inondation de grande surface, un espace de survie qui fournit de l'air aux micro-organismes souterrains est conservé.







Source : adapté du document CA2751369A1

https://worldwide.espacenet.com/patent/search?q=pn%3DCA2751369A1

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout